Osteopathie

L’adulte, dans sa vie de tous les jours, fait subir à son corps des contraintes auxquelles il est obligé de s’adapter en permanence. Le travail, le stress, le sport, les loisirs ou l’alimentation sont autant d’éléments qui, au quotidien, peuvent être à l’origine de différents troubles.

Chaque patient a un passé différent avec sa propre histoire (antécédents traumatiques, chirurgicaux, ou médicaux notamment), c’est pour cela qu’il n’y a pas de « recette miracle»  face à la douleur, mais un traitement adapté à chaque individu.

L’ostéopathe commencera donc la consultation par un interrogatoire précis : l’anamnèse, puis recherchera les différentes zones de perte de mobilité du corps lors du bilan ostéopathique (des zones en perte de mobilité en rapport direct ou indirect avec les symptômes), avant de soulager ces dernières avec des techniques manuelles, correspondant au traitement ostéopathique. L’ostéopathe peut alors vous donner des conseils afin de faire durer le plus longtemps les bien faits de la séance.

« Je le sentais depuis quelques jours et là craaaque j’ai mal… pourquoi ? »

le corps a une grande capacité d’adaptation et essaye d’évacuer continuellement les différentes contraintes qu’on lui inflige (coup, chute, mauvaise position, mauvaise alimentation, stress, fatigue). Lorsqu’il est trop sollicité voir fatigué, ou lorsqu’il a dû s’adapter à un trop grand nombre de contraintes, il n’est plus capable de continuer à s’adapter et va alors se mettre à décompenser… C’est alors que certaines douleurs se manifestent, même si le facteur déclenchant paraît anodin.

Il est possible de prévenir l’apparition de ces douleurs aiguës en se rendant chez son ostéopathe une à deux fois par an, afin de traiter les différentes tensions et pertes de mobilité déjà présentes.

Bilan ostéopathique

Grâce à une observation de votre posture et de vos mouvements, et grâce à des tests palpatoires, votre ostéopathe va déterminer les zones du corps présentant des restrictions de mobilité à l’origine de dysfonctionnements.
Il va ainsi déterminer l’origine de ces dysfonctionnements : articulaire, musculaire, viscérale ou aponévrotique, et pourra décider du traitement le mieux adapté.

Traitement ostéopathique

Grâce à des techniques manuelles adaptées à la cause du problème, l’ostéopathe  va chercher à redonner une mobilité physiologique aux différentes zones du corps.

Il est fréquent que certaines structures à traiter soient à distance de la zone douloureuse. En effet, le corps s’adaptant en permanence, la zone douloureuse est souvent le fruit d’une chaine d’adaptation de différentes régions du corps, douloureuses ou non, mais créant un déséquilibre de ce dernier.

C’est pourquoi vous entendrez régulièrement des personnes dire : « Je suis allé chez l’ostéopathe pour mon dos, il s’est occupé de ma cheville pendant presque toute la séance ». Un mal de dos peut être dû à une ancienne entorse mal traitée, qui a entrainé une modification au niveau de vos appuis au sol, a perturbé la stabilité de vos genoux, et a fini par déséquilibrer votre bassin, puis votre dos… C’est est une chaine d’adaptation !

Après la consultation…

Une consultation dure en moyenne 45 minutes.

Il faut deux à trois jours pour que le corps intègre le traitement ostéopathique, et s’adapte à sa nouvelle mobilité.

C’est pourquoi, durant les trois jours suivant une séance, il est normal de ressentir de la fatigue, des douleurs ou des courbatures fluctuantes.

Tous ces signes que vous pourrez ressentir sont dus à la remise en mouvements et en fonction des différentes zones auparavant bloquées. En effet, en retrouvant leur mobilité certaines zones peuvent être courbaturées.

Étant donné la fragilité de l’équilibre du corps pendant cette période, il est vivement recommandé d’éviter toute activité importante durant ces quelques jours : sport, port de charges lourdes, longues marches. etc.

Il sera parfois nécessaire de prévoir une deuxième, voire une troisième consultation, afin de soulager totalement la douleur et de faire durer l’efficacité du traitement dans le temps.